L’équipe

RELIMIGRANTILLES regroupe une équipe pluridisciplinaire de 9 chercheur·e·s et 3 stagiaires travaillant sur des champs variés :

Allan Anaïs est actuellement en master 2 de sociologie quantitative à l’EHESS et à l’ENS, parcours « Quantifier en Sciences Sociales ». Sa recherche porte sur Vieillesse et vieillissement dans les Outre-mer. Au sein du projet Relimigrantilles, il travaille en qualité de stagiaire sur l’expérience des personnes âgées vivant aux Antilles, à la croisée entre trajectoires migratoires, solidarités familiales et religiosité. En 2022, il a effectué un stage à l’Insee-DIRAG sur la thématique des jeunes NEET (« ni emploi, ni en études, ni en formation), en Guadeloupe, Martinique et Guyane.

Valérie Aubourg est ethnologue et professeure de l’Université Catholique de Lyon (HDR) où elle dirige l’unité de recherche CONFLUENCE : Sciences et Humanités (EA 1598). Elle est membre associée du GSRL (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités – UMR 8582). Ses travaux portent sur les sociétés créoles, les populations migrantes et les mouvements pentecôtistes-charismatiques. Elle a publié : Dieu Merci : Expressions catholiques africaines et créoles. Libel, Lyon, France, 2021, 140p et avec Jacques Barou et Cécile Campergue : “Migrants catholiques en France. Ancrages sociaux et religieux”, 2023, Grenoble :  PUG.

Ysé Auque-Pallez est doctorante en science politique au sein du laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM), rattachée à Sciences Po Bordeaux/l’Université de Bordeaux. Elle réalise une thèse sous la direction de Jean-Noël Ferrié sur les mobilisations panafricanistes actuelles au Maroc. Elle inscrit ces mouvements dans l’histoire longue du panafricanisme au Maghreb, souvent laissée à la marge des travaux académiques.
Diplômée d’un master en relations internationales de Sciences Po Paris, Ysé Auque-Pallez a soutenu, en mai 2021, un mémoire de recherche en science politique sur les mobilisations panafricanistes contemporaines en France, sous la direction de Richard Banégas (CERI, Sciences Po Paris). Ce travail, publié par la Chaire Diasporas Africaines, avait pour objectif d’étudier les processus de socialisation et les débats qui caractérisent ces mouvements, dont certains des membres sont d’origine antillaise. Elle avait aussi analysé le rapport de ces militants au religieux, se reconnaissant parfois dans la « spiritualité kamite ».

Ancienne élève de l’ENS de Lyon et agrégée de sciences sociales, Julie Blanc prépare une thèse en sociologie et science politique à l’ENS PSL, sous la direction de Johanna Siméant-Germanos (ENS, CHM) et de Manuel Schotté (Université de Lille, Clersé). Son travail s’intéresse à la socialisation à l’impératif de cohérence individuelle porté par certains univers sociaux, qu’elle étudie à partir d’une perspective comparatiste. Ses terrains portent notamment sur le militantisme écologiste et sur l’Église adventiste du Septième jour, qui accueille beaucoup de croyants antillais. Julie Blanc est actuellement ATER de Science politique à l’Université Paris Dauphine. Elle a publié « ‘Dire la vérité du changement climatique, même si ça fait mal’ : la sensibilisation à la cause chez les militants écologistes » (Réseaux, 2023/6 (N° 242), p. 127-162).

Joao Cartry Soune-Seyne est actuellement étudiant en master de sociologie à l’École de la recherche de Sciences Po Paris et stagiaire au sein du projet Relimigrantilles. Sa recherche porte sur les parcours et expériences de mobilité des minorités sexuelles des Outre-mer en Hexagone.

Yannick Fer est sociologue, chercheur au CNRS et membre du Centre Maurice Halbwachs. Ses recherches portent principalement sur les formes de l’autorité, de l’engagement et de l’institution dans les milieux pentecôtistes et évangéliques. Après de premières enquêtes de terrain en Polynésie française, il a publié en 2010 une étude sur l’organisation internationale Youth With a Mission (L’offensive évangélique, Genève, Labor et Fides), où il s’intéresse notamment à la manière dont l’évangélisme charismatique mobilise les identités culturelles comme représentation de l’authenticité. Il a publié en 2022 Sociologie du pentecôtisme (Paris, Karthala) et coédité en 2023, avec A. Favier, J. Galonnier et A. Perrin-Heredia, le livre collectif Religions et classes sociales (Lyon, ENS Éditions).

Juliette Galonnier est Assistant Professor au CERI (Sciences Po). Elle est aussi fellow de l’IC Migrations et membre du comité de rédaction de Critique internationale. Ses recherches actuelles consistent en une analyse comparative des façons de « dire le religieux » de part et d’autre de l’Atlantique. Elle mobilise pour cela des monographies familiales en France et aux États-Unis. En menant des entretiens auprès de convertis et de leurs proches, elle explore les modalités de la parole (et du silence) autour du religieux dans des contextes plus ou moins sécularisés. Au sein du projet Relimigrantilles, elle est en charge de la coordination administrative et réalise des entretiens auprès de familles antillaises dans lesquelles des conversions à l’islam ont eu lieu. Elle analyse ce que ces conversions font aux familles, aux régimes de transmission religieuse et culturelle, et au rapport à l’identité antillaise.

Ary Gordien est anthropologue et chargé de recherche au CNRS (URMIS). Ses recherches portent sur l’expression de sentiment d’appartenance relevant du nationalisme, de la race et de l’ethnicité dans la Caraïbe française (Guadeloupe) et anglophone (Jamaïque). Outre l’antiracisme en Seine-Saint-Denis et le mouvement pour les réparations au titre de l’esclavage en Jamaïque, ses autres thématiques de recherche sont la sexualité, le genre et leur imbrication avec les rapports sociaux de race.

Photo : André Atangana

Linda Haapajärvi est une sociologue spécialisée dans les migrations internationales, les politiques publiques et les inégalités sociales. Elle est actuellement chercheure postdoctorale à l’Université de Tampere (Finlande), membre associé au Centre Maurice Halbwachs et membre affilié à l’Institut Convergences Migrations. Elle continue à travailler sur les politiques publiques qui façonnent la citoyenneté des groupes socialement et racialement marginalisés en France et en Finlande tout en développant des recherches sur la mort en migration. Ses recherches ont été publiées, entre autres, dans Revue européenne des migrations internationalesMigrations SociétéLien social et politiquesEthnic and Racial StudiesEthnography, et Politics & Policy. Dans le cadre de ce projet, elle s’intéresse aux façons dont les expériences de migration influencent la transmission de la mémoire familiale.

Marine Haddad est sociologue à l’Institut National d’Études Démographiques (Ined). Elle étudie les migrations ultramarines depuis 2013, avec sa participation aux débuts de l’atelier Génération d’Antillais en Région Parisienne. Ses travaux portent sur les liens entre parcours migratoires, professionnels et familiaux des populations des Outre-mer, en s’appuyant sur des entretiens biographiques, des données de la statistique publique, administratives et d’archives. Ils mêlent analyses quantitatives et qualitatives, avec une perspective à la fois démographique, sociohistorique et sociopolitique.

Gwendoline Malogne-Fer est sociologue, chercheure contractuelle au Centre de recherches internationales (CNRS-SciencesPo) et membre du programme RELIMIGRANTILLES de l’Institut Convergences Migrations. De 2018 à 2021, elle a participé au programme ANR « Migrants catholiques dans une société plurielle : ancrage religieux et social » dirigée par Valérie Aubourg. Ses travaux se situent à la croisée des études de genre, de la sociologie des religions et de l’anthropologie des migrations. Elle a publié Les femmes dans l’Eglise protestante mā’ohi. Religion, genre et pouvoir en Polynésie française (2007) issu de sa thèse en sociologie et a dirigé plusieurs ouvrages avec Yannick Fer dont Femmes et pentecôtismes. Enjeux d’autorité et rapports de genre (2015) et Le protestantisme à Paris. Diversité et recompositions contemporaines (2017).

Aurélie Roger est maîtresse de conférences en science politique à l’Université des Antilles (UA, pôle Martinique) et membre du LC2S (Laboratoire caribéen de sciences sociales, UMR CNRS 8053). Depuis son recrutement à l’UA en 2007, elle a consacré ses travaux de recherche à une sociologie politique des rapports à l’Etat à la Martinique, appréhendés dans diverses dimensions (rapports partisans entre les droites locale et nationale, pratiques de défense des intérêts Outre-mer auprès des autorités nationales, déclinaisons institutionnelles de l’”Etat outre-mer”). Elle est membre de l’ANR ETOM (“Hauts fonctionnaires des Outre-mer : Migrations, Legs colonial et carrières administratives dans la France post-coloniale”), coordonnée par Stéphanie Guyon.

Ayasia Telesca-Whipple a obtenu en 2022 un master en sociologie à l’École Doctorale de Sciences Po Paris. Sa thèse, intitulée “‘We will always be an immigrant to someone’: Intergenerational racial socialization in French Algerian origin families”, a porté sur la socialisation raciale intergénérationnelle au sein de trois familles d’origine algérienne. Ses travaux portent sur les sujets de racisme et d’islamophobie en France, se focalisant en particulier sur la famille comme lieu de socialisation, transmission et mémoire. Dans le cadre de ce projet, elle a fait une monographie familiale intergénérationnelle d’une famille d’origine guadeloupéenne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search