Retour de terrain

Monographie de la famille Lubin

Par Ayasia Telesca-Whipple

Eglise Saint Sulpice, 2022, crédit photo: Gwendoline Malogne-Fer

Dans le cadre de mon stage de recherche auprès du projet Relimigrantilles en 2022, j’ai réalisé une monographie familiale auprès de la famille Lubin (il s’agit d’un pseudonyme), une famille d’origine guadeloupéenne habitant en région parisienne. La mère, Marie Lubin, née en 1927 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, et que je n’ai pas pu interviewer en raison de son âge avancé, est venue seule à Paris, en 1957. Quatre entretiens ont été menés avec la “deuxième génération” (nés entre 1949 et 1964), c’est-à-dire les enfants de la mère migrante, et deux avec la “troisième génération” (nés entre 1989 et 1999), les enfants de la fratrie.

Les enquêtés de la deuxième génération se caractérisent par des profils très différents, en particulier sur le plan religieux. Sylvia, mon point d’entrée pour étudier cette famille, née dans l’Hexagone en 1964, est en couple avec un homme d’origine algérienne (né en France), et mère de deux fils. Elle s’identifie comme athée, bien qu’elle conserve un attachement culturel au catholicisme. Son frère Philippe, né dans l’Hexagone en 1961, marié à une femme immigrée du Cameroun et père de quatre filles, présente un cas intéressant de conversion religieuse : devenu Témoin de Jéhovah suite à son mariage, il est le seul membre de la fratrie à s’investir pleinement dans une institution et communauté religieuse. Son frère jumeau, Alain, a deux enfants, un fils issu de son premier mariage avec une femme espagnole catholique et une fille avec sa femme actuelle qui est marocaine et musulmane pratiquante. Il se définit comme croyant et spirituel, chrétien, mais ne se revendique pas d’un courant particulier. La fille aînée de la famille, Claudine, née en 1950 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, est venue dans l’Hexagone avec sa mère à l’âge de 7 ans. Elle a quatre filles issues de son mariage avec un homme de Madagascar, et se décrit comme catholique croyante avec des pratiques personnalisées (peu institutionnalisées).

J’ai interviewé deux membres de la troisième génération, Luca, le fils de Sylvia, et Daphné, la fille de Philippe. Luca a 22 ans et il est étudiant en deuxième année de master en histoire à la Sorbonne : comme sa mère, il est athée et ne croit en “absolument rien”. Daphné, 33 ans, ostéopathe, a grandi dans les Témoins de Jéhovah, mais a quitté la religion il y a 13 ans – elle est cependant en train de considérer une reconversion et un retour vers cette communauté. Elle se définit comme “spirituelle”, et sa forte croyance en Dieu prend une place importante.

C’est la diversité de la famille Lubin qui la rend particulièrement intéressante dans le cadre d’une monographie familiale. Elle rassemble toute une gamme de rapports au religieux et à la culture antillaise qui mérite que l’on s’y attarde. La religiosité des enquêté.e.s et de leurs conjoint.e.s, couvre un large spectre, allant de personnes athées à croyantes, en passant par des convertis (et déconvertis ou reconvertis), ainsi que des couples mixtes en termes d’affiliation religieuse. Il y a aussi une forte diversité culturelle des conjoint.e.s, d’origine algérienne, marocaine, espagnole, malgache, etc. Les différences dans les apparences physiques et la racialisation au sein de la famille fournissent aussi des informations riches concernant les expériences du racisme, suscitant des questionnements sur le rôle du milieu professionnel ou du genre dans les expériences de discrimination chez les personnes d’origine antillaise. Il y a aussi une différence d’âge d’environ 16 ans entre le frère aîné et la sœur cadette de la fratrie qui peut avoir une influence sur les rapports au pays d’origine et à la culture, en particulier parce que les trois premiers enfants sont nés en Guadeloupe. Ces différences au niveau culturel, religieux et de la configuration familiale ont des effets sur le contenu et les modalités de la transmission intergénérationnelle, un point focal de mon étude.

Les propos des enquêtés ont révélé non seulement une transmission très fragmentée de l’histoire et la mémoire de la famille (« des miettes », comme le diront plusieurs d’entre eux), mais aussi une transmission de la religion hors du cadre des institutions et pratiques codifiées.Cette famille antillaise, caractérisée par une faible participation aux espaces religieux institutionnels et une forte exogamie, aurait facilement pu passer sous le radar des chercheurs travaillant sur le religieux parmi les populations antillaises. Or, elle présente un cas tout à fait intéressant de transmission de la religion, de la mémoire et de la culture sous la forme de pratiques personnalisées, de non-dits, et d’implicite.

Ayasia Telesca-Whipple

“Battre la mort sur deux fronts. Les Antillais de l’Hexagone face aux morts du Covid 19” : communication au 10e congrès de l’AFS

Linda Haapajärvi interviendra dans le panel sur “Impact de la pandémie de Covid 19 sur les circulations et les migrations”, aux côtés de Kheira Belhadj-Ziane, Quentin Moscato, Messad Abbar, Christelle Achard, Cao Minh Ho et Magali Ballatore.

Animation : Simeng Wang, Grégory Giraudo, Delphine Mercier

  • Mardi 4 juillet 2023, 17h-18h30
  • Bât. BEL // Salle – 128

Plus d’informations : https://afs-socio.fr/congres/lyon-2023/

Quelques ressources…

Dans le cadre du projet, plusieurs membres de l’équipe ont voulu visibiliser diverses ressources en lien avec le projet :

  1. Les migrations des DROM vers la Métropole, proposée par Joao Cartry Soune-Seyne et Gwendoline Malogne-Fer ;
  2. Les monographies familiales, proposée par Ayasia Telesca-Whipple, Juliette Galonnier et Linda Haapajärvi ;
  3. Les religions aux Antilles, proposée par Gwendoline Malogne-Fer.

Chaque liste étant indicative, n’hésitez pas à nous contacter pour en discuter ou pour suggérer d’autres ressources. Bonne lecture et bon visionnage !

“La sociologie sur et depuis les territoires dits d’Outre-mer” : conférence semi-plénière au 10e congrès de l’association française de sociologie

Intervenant·e·s :

  • Yu-Sion Live (U. de La Réunion)
  • Valélia Muni-Toke (IRD, SEDYL)
  • Audrey Célestine (U. de Lille, CERAPS)
  • Marine Haddad (INED)

Animation : Marie Thiann Bo Morel (CE de l’AFS), Florence Ihaddadene (CE de l’AFS), Armelle Klein (INSERM) & Justine Berthod (Univ. Paris 3, CREDA)

  • Jeudi 6 juillet 2023, 16h30-18h30
  • Université Lumière Lyon 2, campus Berges du Rhône

Plus d’informations : https://afs-socio.fr/congres/lyon-2023/

Bienvenue sur le carnet de recherches de Relimigrantilles

Ce carnet de recherche présente certaines des réalisations du projet Relimigrantilles, financé par l’IC Migrations et accueilli au CERI (CNRS/Sciences Po), de janvier 2022 à décembre 2024.

Ce projet, qui réunit une dizaine de chercheurs et chercheuses, s’intéresse à la manière dont la religion – en tant que croyances, pratiques et institutions – accompagne l’expérience de la migration chez les Antillais et Antillaises vivant en France hexagonale, afin d’éclairer les articulations entre religion, migration et racialisation au sein de l’espace national français. Dans ce carnet, nous exposons nos recherches en cours, partageons nos premiers résultats, informons des évènements organisés dans le cadre du projet, renvoyons vers des ressources (méthodologiques, bibliographiques, numériques, audiovisuelles, etc.) utiles sur la question, et tissons des liens avec des projets partenaires. Cet espace nous permet ainsi de communiquer à un public plus large les principales conclusions de nos recherches sur une thématique encore trop peu explorée. Les recherches sur les migrations antillaises prêtent en effet assez peu d’attention aux pratiques et aux appartenances religieuses, qui jouent pourtant un rôle spécifique dans la vie quotidienne de beaucoup de personnes issues des Antilles. La religion offre aussi un point d’entrée particulièrement pertinent pour analyser les tensions entre universalisme et expérience du racisme au sein de la citoyenneté française car elle participe directement aux constructions identitaires individuelles et collectives, en interaction avec d’autres formes de catégorisations sociales comme les assignations ethno-raciales, la classe, la génération ou le genre. Ce projet met en œuvre une analyse comparative et transversale de ces phénomènes, en investissant plusieurs terrains religieux et en décloisonnant l’objet religieux pour l’inscrire pleinement dans le contexte social où il prend sens.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search